Disneyland Paris

Quoi de mieux qu’un long et froid dimanche d’hiver pour retomber en enfance? L’avantage d’habiter dorénavant en région parisienne est de pouvoir accéder à Disneyland Paris aussi souvent que le porte-monnaie nous le permet. Bon autant le dire tout de suite, j’adore l’univers Disney, qui a bercé une grande partie de mon enfance, mais je ne me rendrais surement pas toutes les semaines à Disneyland. Cependant, après avoir patienté une vingtaine d’années avant de retrouver Mickey et tous ses acolytes, je me suis prêtée au jeu du «retombage» en enfance. Le parc était exactement comme dans mes souvenirs, et je me suis donnée un malin plaisir à revivre des sensations que j’avais vécues étant gamine. Je vous emmène donc faire un petit tour d’horizon d’un monde qui ne cessera jamais de m’émerveiller.

Mes attractions favorites

Des attractions, à Disneyland, il y en a pour tout le monde : petits et grands. Des sensations fortes de l’Hyper Space Mountain jusqu’à la course dans le labyrinthe d’Alice, Disneyland a su se montrer à la hauteur pour amuser toutes les tranches d’âge. Voici donc les attractions qui, selon moi, valent le coup d’oeil.

Hyper Space Mountain : remanié à l’occasion du rachat de la licence Star Wars, l’Hyper Space Mountain représente une bataille intergalactique qui va vous porter grâce à sa vitesse et ses loopings. C’est, pour moi, l’attraction phare réservée à ceux qui aiment les sensations fortes. Les jeux de lumière prodiguent un amusement supplémentaire à cette attraction bien trop courte à mon goût.

Big Thunder Mountain : on reste dans l’attraction «à sensations» avec le Big Thunder Mountain même si, on ne va pas se le cacher, l’adrénaline ne monte pas autant que pour l’Hyper Space Mountain. Cette attraction a au moins l’avantage de pouvoir accepter des enfants plus jeunes car beaucoup plus soft. Elle nous entraine dans un décor de type Far West, qui est, au passage, très bien amené et assez réaliste.

Pirates of the Caribbean : un joli voyage sur l’eau au coeur de l’univers des pirates. On y retrouve des marins qui chantent, une bouteille à la main, des pirates victimes de malédictions ou encore le plus que célèbre Jack Sparrow. Ce qui est génial avec cette attraction c’est qu’elle vous donne réellement l’impression d’y être : chaleur des îles, voûte nocturne, petit vent marin et surtout des mises en scènes extravagantes avec des personnages ultra réalistes. Bref, vous l’aurez compris, on a été complètement transportés par cette attraction.

It’s a small world : ou la maison des poupées comme j’avais l’habitude de l’appeler lorsque j’étais petite. Cette attraction, accessible à tout âge, vous transporte dans un univers coloré et enchanteur, au rythme d’une musique qui risquera de vous trotter dans la tête jusqu’à la fin de la journée. Le principe? Faire un voyage dans toutes les contrées et cultures du monde, représentées par de mignonnes poupées. Un joli message de tolérance pour les petits, quoiqu’un brin cliché.

Le labyrinthe d’Alice : cette attraction est un peu ennuyeuse pour les adultes, certes, mais le labyrinthe d’Alice a le mérite de pouvoir amuser les plus petits. Trouver la sortie du labyrinthe ou le chemin vers le château, le tout en rencontrant les personnages clefs du dessin animé aura de quoi émerveiller. Et la vue du haut du château sur le labyrinthe est imprenable.

Cette liste est évidemment très succincte et ne regroupe qu’une infime partie des attractions disponibles dans le parc. Malheureusement certaines des attractions du parc étaient fermées lors de notre passage (dont le fameux Manoir Hanté). Pour savoir si votre attraction favorite est ouverte ou non, n’hésitez pas à vérifier les horaires du parc.

À Disneyland Paris : l'attraction du Big Thunder Mountain
Le petit train fou passant dans la montagne du Big Thunder Mountain
À Disneyland Paris : it's a small world!
Le palais coloré abritant le monde merveilleux des poupées
À Disneyland Paris : attraction Pirates of the Caribbeans
À Adventureland, au siège de l’attraction Pirates of the Caribbeans
À Disneyland Paris : le labyrinthe d'Alice
Le labyrinthe d’Alice, un parcours parsemé des personnages du dessin animé
À Disneyland Paris : Hyper Space Mountain by night
Les lumières de l’Hyper Space Mountain qui s’allument dès la tombée de la nuit

Les décors enchanteurs de Disneyland

Quand j’étais petite, j’étais évidemment obsédée par les attractions de Disneyland. Je voulais en faire le plus possible, parce que les attractions, c’est fun! Mais un des gros problèmes du parc (dont je reparlerai un peu plus bas dans l’article) est le temps d’attente (souvent interminable) avant de pouvoir accéder aux attractions. Nous avons donc fait des breaks de file d’attente, et en avons profité pour visiter le parc sous un autre angle. Nous nous sommes donc laissés emporter par les décors magiques du parc. Parce qu’après tout c’est ça aussi la magie Disney : un monde coloré et enchanteur, qui donne vie aux contes de fées. Du mythique château de la belle au bois dormant, à la tanière du dragon, en passant par le passage enchanté d’Aladdin, tout est fait pour que nos histoires préférées voient le jour dans la réalité. J’ai donc adoré me promener tranquillement à Disneyland et y découvrir tout ce que je n’avais pas pris le temps de voir étant enfant. Mon émerveillement était toujours aussi vif, oui, parce que je suis une grande gamine!

À Disneyland Paris : le château de la Belle au bois dormant
Le château de la Belle au bois dormant au coucher du soleil
À Disneyland Paris : le passage d'Aladdin
Le décor très oriental du passage d’Aladdin
À Disneyland Paris : l'effrayant dragon dans sa tanière
L’effrayant dragon dans sa tanière

La célèbre parade

J’ai un souvenir assez précis de la parade à laquelle j’avais assisté étant plus jeune, car j’avais dansé avec Esmeralda. Quelle chance! Il s’avère que les choses ont quelque peu changé depuis, puisque c’est un membre du staff, muni d’un gant géant de Mickey qui m’a invité à danser une valse en attendant la parade! Celle-ci attire en tout cas beaucoup de monde. Il faut s’y préparer un peu en avance afin d’avoir une bonne place qui permette une visibilité correcte pour voir le show. Et quel plaisir de voir ses personnages préférés en chair et en os, ainsi que de belles représentations mécaniques des univers Disney défiler sous nos yeux.

La parade à Disneyland : dragon mécanique
Le dragon mécanique de la parade
La parade à Disneyland : voyage extraordinaire de Samy
Les personnages aquatiques du voyage extraordinaire de Samy
La parade de Disneyland : Anna et Elsa
La parade : l’occasion de voir Anna et Elsa réconciliées

Mes petits coups de gueule

Parce que même au pays des rêves bleus, tout ne saurait être parfait. Il fallait donc bien une petite section critique, une petite section déception, une petite section balance ton coup de gueule sur Disneyland Paris. Nous y sommes donc!

Les fumeurs du parc : vous le savez peut-être (ou pas d’ailleurs) mais il est strictement interdit de fumer dans le parc. Ce n’est surement pas pour rien lorsque l’on sait à quel point la cigarette est nocive. Le parc est, de surcroit, largement peuplé de mini humains qui n’ont pas fait encore le choix conscient de fumer ou non. Il est possible de fumer dans des endroits dédiés à cet usage et très bien aménagés par ailleurs. Et pourtant, j’ai vu des gens fumer partout et à tout va dans le parc. Je n’ai pas compris comment les gens pouvaient être aussi inconscients et irrespectueux. Personne ne devrait imposer la cigarette à ceux qui ont fait le choix de ne pas tomber dedans, et encore moins à des enfants, encore fragiles et innocents. C’est vraiment dommage qu’un parc d’aussi grande envergure n’ait pas trouvé de solution pour empêcher ce genre de problème (à défaut d’avoir des adultes plus réfléchis).

Les files d’attente : évidemment, avec le monde présent dans le parc, les temps d’attente pour chaque attraction sont infernaux. On peut passer aisément de 40 minutes à 2h de queue avant de pouvoir profiter uniquement d’une ou deux minutes de plaisir renvoyé par l’attraction. On perd donc énormément de temps à attendre et on en profite, du coup, beaucoup moins. Disneyland a tenté de mettre en place le FastPass afin de pouvoir couper la file d’attente et de passer devant tout le monde. Si j’en crois le site officiel du parc, ces FastPass sont gratuits mais un seul, par personne, est utilisable toutes les deux heures. Ce n’est cependant pas négligeable, mais nous n’avions pas eu vent de ce système lors de notre visite et n’en avons donc pas utilisé. Les temps d’attente restent, de toute façon, un des énormes points noirs du parc, qui empêchent de rentabiliser le prix du billet d’entrée.

Indiana Jones et le temple du péril : l’une des attractions phares du parc que je n’ai pas mentionnée plus haut est le grand huit fabriqué sur le thème d’Indiana Jones. Le temps passé dans l’attraction est beaucoup trop court (j’ai eu l’impression que le tour a duré 30 secondes) par rapport au temps d’attente. Je pense que cette attraction doit être l’une des pires de ce point de vue. Les sensations y sont, qui plus est, médiocres. J’ai donc été très déçue et ai trouvé que c’était l’une des attractions à éviter à tout prix.

À Disneyland Paris : aire pour fumeurs
Certaines aires réservées aux fumeurs sont aménagées en vrais coins de verdure

Retomber en enfance

Disneyland Paris a toujours été un rêve d’enfant. Vous l’aurez compris, j’avais eu l’occasion de pouvoir m’y amuser lorsque j’étais enfant et pratiquement tout était comme dans mon souvenir. La seule chose qui avait changé, finalement, c’était moi. Et pour profiter au maximum du parc, en tant qu’adulte, il me fallait me laisser porter par mon âme d’enfant. On est forcément moins émerveillé lorsque l’on grandit, et c’est quelques fois dommage, car l’on devient beaucoup plus difficile à satisfaire. Alors j’ai tenté le lâcher prise… J’ai assisté à la parade en criant : “Ah c’est Elsa et Anna de la Reine des Neiges!”. J’ai fredonné une partie de la journée l’air de la maison des poupées. J’ai adoré me promener dans le château de la Belle au bois dormant. Et peu importe le “qu’en dira-t-on”, me conduire comme une enfant découvrant le monde m’a fait du bien. Dans cette société qui laisse peu de place à la folie, retomber en enfance m’a permis de me retrouver un peu. Et rien que pour ça, cela valait le coup de revisiter Disneyland Paris.

Et ceux qui veulent toujours plus d’images, voici la petite vidéo habituelle qui vient résumer l’article.

Et n’oubliez pas que “qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit” (citation de François de La Rochefoucauld).

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *