Les aurores boréales

Phénomènes majestueux, dansants, fantasmagoriques, les aurores polaires ont fasciné et fascinent encore les Hommes. À l’origine de nombreuses croyances, ses lumières enchantent et bon nombre de voyageurs organise des escapades vers les pôles dans le seul but d’admirer ces cieux illuminés. Appelées aurores boréales pour l’hémisphère nord et aurore australe pour l’hémisphère sud elles restent encore aujourd’hui empreintes de mystères et de magie. Comment s’explique cette manifestation, où et comment les voir sont autant de questions auxquelles cet article va tenter de répondre.

Qu’est-ce qu’une aurore boréale?

Les aurores boréales sont des phénomènes naturels lumineux qui naissent de la rencontre de particules solaires chargées en énergie avec le champ magnétique terrestre (ou encore appelé la magnétosphère). Lors d’orages ou de sursauts solaires, ces particules sont expulsées vers l’espace et parcourent les 150 millions de kilomètres qui les séparent de la Terre en 2 à 3 jours. La plupart de ces matières solaires vont être déviées par le champ magnétique terrestre, qui lui sert alors de bouclier. Dans certains cas cependant, les particules peuvent être captées et canalisées par la magnétosphère au niveau des pôles et ainsi entrer en contact avec l’atmosphère. La matière solaire, chargée de protons, d’électrons et d’ions positifs, excite et ionise alors les atomes de la haute atmosphère (oxygène, hydrogène, azote, etc.). Cet évènement est à l’origine de la production de particules de lumière (photons), lumières que l’on peut voir danser dans le ciel et que l’on nomme aurores polaires. Selon la nature des atomes qui composent l’atmosphère, les couleurs des aurores observables vont alors différer. L’oxygène émettra principalement du vert et du rouge alors que l’azote émettra plutôt du bleu, du rouge et du violet. L’atmosphère ayant des densités en oxygène et en azote variant avec l’altitude, cela explique, en partie, les variations de couleurs qui se déploient dans le ciel lors des aurores boréales. Et c’est dans cette diversité que nous pouvons prendre autant de plaisir à les contempler.

Les aurores boréales sont des phénomènes lumineux naturel empreints de féerie.
Les aurores boréales sont des phénomènes lumineux empreints de féerie. Crédit photo : Mireille Sénéchal.
Les différentes couleurs des aurores boréales.
Les différentes couleurs des aurores boréales s’expliquent, en partie, par la variation des atomes composant l’atmosphère en fonction de l’altitude. Crédit photo : Mireille Sénéchal.

Où et quand voir des aurores boréales?

Vous l’aurez ainsi compris, pour avoir des chances de voir des aurores aurores boréales il faut donc se trouver à proximité des pôles. Il faut savoir que la matière solaire ne descend pas à la verticale des pôles mais forme un cercle d’environ 1800 km de rayon, qui permet l’observation des aurores aux alentours du cercle polaire arctique. Des pays comme la Suède, la Finlande, la Norvège ou encore l’Islande ont ainsi de fortes chances de voir leurs cieux s’illuminer régulièrement. Cependant, lors de fortes activités solaires, les aurores deviennent visibles à de plus basses latitudes. Certaines ont même été vues depuis la France! Ces pics d’activité sont néanmoins assez rares et si vous souhaitez véritablement avoir la chance d’en voir mieux vaut vous rendre à de hautes latitudes, là où les aurores sont lot quotidien, même par activité solaire peu intense. Quant à la période, les aurores boréales sont visibles en tout temps, à partir du moment où la nuit est suffisamment sombre. En effet, durant l’été, le soleil ne se couche quasiment pas dans les pays situés à haute latitude. Il n’est donc techniquement pas possible de pouvoir admirer les aurores sur une période s’étalant de mai à août (période relative selon la latitude). Alors si vous rêvez d’être témoin de ce phénomène majestueux, vous savez ce qu’il vous reste à faire : direction le nord!

Une des aurores boréales visible dans le sud du Québec lors d'une activité solaire intense.
Aurore boréale visible dans le sud du Québec lors d’une activité solaire intense. Crédit photo : Antoine Gouraud.
Les aurores boréales peuvent être observées à de basses latitudes lors d'intenses activités solaires.
Les aurores boréales peuvent être observées à de basses latitudes lors d’intenses activités solaires. Crédit photo : Antoine Gouraud.

Comment voir des aurores boréales?

Pour observer les lumières qui dansent dans le ciel, cela semble assez simple : il suffit de se diriger vers les pôles (le plus souvent le nord) car les aurores y brillent régulièrement. Mais ce n’est malheureusement pas aussi élémentaire. En réalité certaines conditions doivent être remplies pour maximiser les chances d’observation.

  • Les aurores étant des phénomènes lumineux, il leur faut l’environnement le plus sombre possible pour pouvoir les observer. Pour faire une petite analogie, c’est comme si vous allumiez une lampe torche en plein jour : vous ne verriez tout simplement pas le faisceau lumineux produit par la lampe. Les aurores sont donc observables de nuit mais surtout pour les voir il faut choisir un lieu éloigné de toute pollution lumineuse. Le mieux est donc de s’éloigner des grandes villes et de tenter de trouver une zone loin des habitations, des lampadaires et des passages de voitures.
  • L’un des pires ennemis des aurores polaires est la couverture nuageuse. Parce que même si vous êtes dans le grand nord, par une activité solaire intense, en pleine nuit et en pleine campagne, si d’énormes nuages viennent obstruer le ciel, alors vous ne pourrez tout simplement pas observer les aurores. Si vous souhaitez donc partir à la chasse aux aurores consultez les conditions météorologiques au préalable.
  • Dans le cas où vous ne seriez pas à une latitude suffisamment haute pour vous retrouver pile sous une aurore boréale, dirigez votre regard vers le nord et vers une zone dégagée. Si, en regardant vers le nord votre vue est bouchée par des montagnes alors vous risquez de passer à côté du phénomène.
  • Comme décrit précédemment, il est possible de voir des aurores à de basses latitudes lors d’activités solaires intenses. Oui, mais comment savoir si l’on est en période d’activité solaire intense? Il existe des sites qui mettent à disposition des données sur l’activité solaire et qui permettent de prédire l’activité aurorale. Ce site est particulièrement complet et intéressant. Et voici ce que vous devez retenir de ces données:
  • Le Kp correspond à une échelle, de 0 à 9, de l’activité géomagnétique. Plus le Kp est élevé et plus les chances de voir des aurores à basse latitude sont élevées. Si le Kp est à 8 alors les aurores seront visibles jusque dans le nord de la France par exemple. Référez-vous à cette page afin d’en savoir plus.
  • Les vents solaires sont un facteur important pour l’observation des aurores. Plus la vitesse de ces vents solaires est élevée et plus ceux-ci vont frapper la magnétosphère avec intensité et donc augmenter les chances de provoquer des aurores boréales intenses. On estime qu’un minimum de 700 km/s est requis pour l’observation des aurores à une latitude moyenne.
  • Enfin, l’élément déterminant qui va permettre la formation des aurores boréales est le Bz. Le Bz correspond à l’inclinaison des cônes polaires, qui doivent être orientés vers le soleil afin que les particules solaires entrent dans la magnétosphère. Sur les graphiques présentés, si le Bz est dans le négatif alors c’est bon signe et les chances qu’une aurore se produise sont grandes.
Les aurores boréales et la pollution lumineuse.
S’éloigner des grandes villes est une condition importante afin de mieux observer les aurores. Crédit photo : Mireille Sénéchal.
Les aurores boréales sont difficiles à voir lors d'un ciel couvert.
La couverture nuageuse peut jouer un rôle important dans l’observation des aurores. Crédit photo : Antoine Gouraud.

Comment prendre en photo une aurore boréale?

Vous y êtes enfin! Après autant d’attente, de recherche et de chasse intensive, votre aurore pointe enfin le bout de son nez! Il est donc temps pour vous d’immortaliser le spectacle qui se déroule sous vos yeux. Oui, mais voilà, vous vous demandez comment procéder. Voici quelques conseils photographiques.

  • En premier lieu, il faut se munir d’un trépied. Les aurores étant plus ou moins intenses, vous allez devoir effectuer des poses plus ou moins longues afin de capter le maximum de lumière pour qu’elles soient ainsi visibles sur vos clichés. Il n’est donc pas question de bouger et c’est là que le trépied s’impose alors.
  • Utilisez ensuite, et si possible, un objectif grand angle et possédant une grande ouverture (comme f2,8).
  • Il vous faudra utiliser le mode manuel de votre appareil photo. Si malheureusement vous ne savez pas l’utiliser dans ce mode, je vous conseille alors d’étudier la question car ce mode va vous être indispensable pour prendre en photo votre aurore.
  • Réglez vos paramètres de sorte à faire entrer beaucoup de lumière, sans pour autant léser la qualité de la photo. Pour cela, réglez l’ouverture à son maximum, augmentez les Iso jusqu’au maximum acceptable de votre appareil photo (pas plus de 800 en général sinon vous risquez d’avoir du grain sur vos photos). Enfin, faites une exposition relativement longue, et ce dépendamment de la luminosité et de la vitesse de mouvement de votre aurore. Plus l’aurore est lumineuse et/ou en mouvement et moins le temps d’exposition sera long (quelques secondes), et plus l’aurore sera faible et/ou peu en mouvement et plus le temps d’exposition sera long (15-20 secondes).
  • N’oubliez pas de vous mettre en mode focus manuel et de bien régler votre focus, car l’appareil photo à du mal à faire la mise au point tout seul lorsqu’il est dans le noir.
  • Prenez éventuellement des batteries de rechange. Les aurores se font souvent dans des conditions de basse température et les batteries lâchent plus vite en cas de froid.
  • Sachez qu’une aurore sera visuellement plus intense sur votre photo. En effet, l’appareil étant capable d’accumuler de la lumière, et les capteurs étant plus sensibles que nos yeux, la plupart des photos d’aurores paraissent plus vives qu’elles ne le sont dans la réalité.
  • N’oubliez pas de vous vêtir chaudement et d’apprendre à vous servir de votre appareil rapidement ou avec des gants!
  • Et enfin, profitez du show que les aurores ont à offrir. Après-tout, elles sont là aussi pour vos yeux.
Aurore boréale bleue et verte.
Ma première aurore et ma première erreur, avoir oublié mon trépied. Heureusement que j’ai toujours un petit de secours dans mon sac.
Les aurores boréales vues de l'avion.
Ma seconde aurore alors que je me dirigeais vers l’Islande. Difficulté maximum : pas de trépied, avion en mouvement, reflets dans la fenêtre, bref un vrai challenge photographique!

Maintenant, les aurores boréales n’ont plus de secrets pour vous. Il ne vous reste plus qu’une (ou plusieurs) chose à faire : préparer votre matériel photo, des vêtements chauds et à partir à la chasse aux aurores!

Et pour résumer cet article, quoi de mieux qu’une belle vidéo qui en dit plus que des mots?

Crédit vidéo : François Guinaudeau

N.B. : Comme vous le savez j’ai toujours à coeur de partager mes propres photos dans mes articles. Mais la chasse aux aurores est une activité relativement difficile à appréhender, surtout lorsque l’on vit à de basses latitudes. Pour illustrer cet article j’ai donc demandé la contribution de quelques chasseurs d’aurores du sud du Québec qui ont volontiers partagé certaines de leurs photos et vidéo. Je les remercie du fond du coeur car sans eux cet article n’aurait pas été possible. Leurs photos et vidéo sont créditées en légende. Il s’agit de Mireille Sénéchal, Antoine Gouraud et François Guinaudeau, qui ont chacun un très grand talent. N’hésitez donc pas à aller voir leur travail car cela en vaut véritablement la peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *