Madère, l’île aux fleurs

Vous connaissez Madère, cette île située en plein coeur de l’océan Atlantique et surnommée l’île aux fleurs? Moi, je ne connaissais pas. Mais ma grand-mère, grande voyageuse et aventurière (à peu près l’équivalent d’Indiana Jones au féminin), m’en a confié le secret : elle est de toute beauté. En entendant ses mots j’ai donc foncé me renseigner à son sujet pour en apprendre un peu plus. Où est-elle située, quelles activités y a-t-il à faire, quel genre de paysages on peut observer? Et tout ce que j’ai découvert m’a convaincu de me lancer à son assaut!

Madère est donc une petite île appartenant au Portugal, et située dans l’océan Atlantique, en face du Maroc. Le climat y est subtropical, ce qui permet à l’île d’être accessible à peu près en tout temps de l’année. La richesse de ses paysages (forêts à la végétation dense, zones arides, zones montagneuses, etc.) en font une attraction parfaite pour les amoureux de la nature et les randonneurs. C’est d’ailleurs dans l’optique de s’y balader pendant des heures que je suis partie à sa découverte, accompagnée de mon papa (qui a tenu le coup pendant les grosses randonnées, bravo papa!). Je vous partage donc mes découvertes au sujet de cette île qui m’a véritablement enchantée.

Péninsule de Sao Lourenço

La première randonnée que nous avons effectuée sur l’île de Madère s’est déroulée dans un décor lunaire. Direction la péninsule de Sao Lourenço, à l’est de l’île. Ce fut l’une de mes randonnées préférées car les paysages y sont tout simplement extraordinaires. Falaises escarpées, sol aride, couleurs ocre et carmin qui contrastent avec le bleu de l’océan. Pas de difficulté particulière pour cette randonnée d’environ 4 heures qui monte et qui descend dans ce cadre qui semble appartenir à un autre monde. C’est tout de même 8 bons kilomètres qu’il faudra parcourir (aller-retour) avec un finish qui grimpe de manière assez ardue et qui permet d’avoir une vue sur les autres îles de l’archipel madérien.

Levada do Caldeirão Verde

Changement de décor pour la randonnée qui m’a le plus émerveillée. Les levadas sont des canaux d’irrigation qui permettent de transporter d’importantes quantités d’eau d’un endroit à l’autre de lîle. À Madère le réseau de levadas représente un peu plus de 2000 km. Leur intérêt est également touristique puisque des chemins d’entretien y ont été construits et sont donc empruntés par les touristes qui souhaitent randonner. La plus célèbre est probablement la levada do Calderão Verde dont le sentier débute dans le parc forestier de Queimadas et se termine magnifiquement dans un “chaudron” végétal dans lequel se jette une chute d’eau. La chute est certes très fine mais très haute et l’arrivée dans la caldeira est tout simplement magnifique. Le sentier fait passer par 4 tunnels. Il faut donc se prémunir de lampes afin de passer certains d’entre eux. L’aller-retour pour cette randonnée se fait sur 13km. La randonnée est très facile puisqu’il n’y a aucun dénivelé. Elle est juste un peu longue (13 km à pied, ça use, ça use…) et peut même se prolonger jusqu’à un second “chaudron” : Caldeirão do Inferno (comptez environ 19km l’aller-retour). Si vous choisissez de vous rendre jusqu’à la seconde caldeira, je vous conseille de commencer la randonnée le matin, afin de ne pas vous faire surprendre par la nuit. Quoiqu’il en soit la balade est enchanteresse, le décor unique et même si marcher autant était vraiment fatiguant, à aucun moment nous n’avons regretté d’être allé jusqu’à la cascade tellement ça en valait la peine.

Pico do Arieiro

La dernière randonnée que nous avons faite, et non des moindres, et celle qui relie les trois plus hautes montagnes de Madère, du Pico do Arieiro au Pico Ruivo en passant par le Pico Das Torres. Cette sortie est très impressionnante, nichée à plus de 1800 mètres d’altitude et demande d’avoir un bon souffle et des jambes d’acier. Le dénivelé avoisine les 800 mètres sur environ 6,4 km (il vous faudra refaire la même chose dans l’autre sens pour le retour). Je ne vous cache pas que nous ne sommes pas allés au bout. Peu importe, le plus important pour nous était de voir quelques paysages des plus belles et hautes montagnes de Madère. Cet itinéraire emprunte, comme le précédent, des tunnels, et c’est juste après le premier, au Pico do Gato, que je me suis arrêtée et que j’ai fait demi-tour. J’ai déjà énormément apprécié les paysages de cette rando. Par contre nous avons fait l’erreur d’arriver en fin de matinée, le parking était blindé et la chaleur de plomb ne nous a pas aidé à faire face à la difficulté de cette randonnée. De plus, le parcours est balisé mais le sentier reste dangereux si l’on ne fait pas attention. Les risques de chute sont toujours possibles.

Funchal et ses environs

Funchal, la capitale de l’archipel de Madère, renferme de nombreuses visites accessibles à toutes et à tous. Son plus que célèbre jardin botanique ou encore son funiculaire enchanteront petits et grands qui souhaiteraient découvrir le coeur de la vie madérienne. Nous avions, quant à nous, décidé de visiter le marché couvert de Funchal dans lequel sont exposés principalement fleurs, fruits et poissons. Les fruits multicolores sont magnifiques. Il nous a été possible de goûter des délices que nous ne connaissions pas, comme l’ananas banane ou encore différentes variétés de maracujas. Nous avons cependant été déçus par le manque d’authenticité de ce marché, qui, clairement, n’attire que les touristes et les prix pratiqués par les marchands. Nous avons donc ensuite pris la direction du fort de Sao Tiago dont l’entrée est dorénavant payante et nous nous sommes baladés dans les petites rues charmantes de Funchal.

Les reste de la journée nous l’avons passée à visiter Cabo Girao, un belvédère mis en place depuis la plus haute falaise de Madère, qui s’élève à 580 mètres au-dessus du niveau de la mer. Pas besoin de marcher donc, le site est accessible très facilement à partir du moment où vous avez réussi à monter en voiture ou en bus!

Le nord de Madère

Le nord de Madère regorge de merveilles insoupçonnées. Si vous partez du sud, le trajet pour vous y rendre vous fera sans doute passer par les magnifiques montagnes de l’île et traverser de charmants petits villages. Au programme, il est donc possible de visiter les jolis villages de Santana et de Porta Da Cruz. Nous avons repéré à Porta Da Cruz une jolie plage encastrée entre deux falaises, où des surfeurs tentaient de prendre la vague. En continuant à remonter, nous avons fait la découverte du secret le mieux gardé de Madère : Sao Jorge et son pont suspendu. Nous avons mis du temps à le trouver, car aucun panneau n’indique ce lieu et le GPS nous a amené au mauvais endroit. Après avoir un peu tourné, nous sommes arrivés, un peu par hasard, au Cabo Aéréo Café, où nous avons laissé la voiture pour descendre vers les ruines de Sao Jorge et enfin bifurquer à gauche afin de nous rendre jusqu’au pont suspendu. Attention ceci dit, la descente qui se fait à pied, il faut pouvoir la remonter ensuite! Je me suis donc arrêtée jusqu’à ce que j’aperçoive au loin le fameux pont suspendu. Le reste des paysages était déjà magnifique.

Finalement dans le nord de Madère il ne nous restait plus qu’à découvrir la jolie petite bourgade de Porto Moniz, connue pour ses piscines naturelles. C’est en effet un endroit très charmant, quoi que touristique mais qui mérite qu’on s’y attarde. Il est conseillé d’y arriver tôt le matin avant que les bus de touristes ne débarquent afin d’y admirer la roche basaltique rongée par la mer et qui y forme effectivement des piscines dans lesquelles il est possible de se baigner. À un autre endroit de Porto Moniz, des piscines payantes, un peu moins naturelles, permettent également de faire un petit plouf, entouré par la mer. Le décor dans lequel se trouve ce village est tout simplement splendide, entouré par des montagnes recouvertes d’une végétation luxuriante.

Madère, l’île aux fleurs en une semaine

En une semaine de voyage à Madère j’ai pu découvrir de nombreux paysages qui m’ont ravit les yeux. J’ai évidemment adoré les trois grosses randonnées que j’ai effectuées sur cette île malgré certaines difficultés rencontrées lors de la dernière sur le Pico Arieiro et le soleil de plomb qui m’a tapé le crâne sur la péninsule de Sao Lourenço (bonjour insolation et coups de soleil). Mais pour moi le clou de la visite a réellement été la randonnée effectuée dans la levada do Caldeirao Verde. Je ne sais pas pourquoi mais j’adore me promener dans la forêt. J’aime sentir l’odeur de l’humidité ambiante et des sous-bois et les paysages étaient, dans mon estime, bien loin devant le reste de ce que l’on a pu voir de l’île. C’était tout simplement enchanteur. Madère restera donc une destination envoutante. Ce qui me permet de conclure avec cette sagesse ancestrale : il faut toujours écouter sa grand-mère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *