La péninsule de Bruce

Voyager, partir, s’exiler… De plus en plus loin, de plus en plus seul, en harmonie avec une nature sauvage, encore indomptée, et s’en rendre heureux, tout simplement. C’est la définition du voyage que j’aime le plus. Pousser à l’extrême la solitude et faire face aux espaces les plus beaux, les plus surprenants, et se laisser aspirer en leur centre tel des vortex de merveilles et d’épanouissement. Parce que tous les amoureux de la nature reconnaitront que ces instants de retranchement, fragiles et délicats, simples et modestes, sont un recueillement pour l’esprit, et que le bonheur qu’ils apportent, est lui, indéfinissable. La péninsule de Bruce au Canada fait encore partie de ces joyaux insoupçonnés, de ces reliquats d’un monde pratiquement dépourvu d’Hommes qui permet de retrouver un peu de paix intérieure. Outre la sensation d’isolement, la péninsule offre de nombreuses autres merveilles, dont je tenais à vous dévoiler les atours. Un secret encore bien gardé, qui, espérons, le restera longtemps.

Fathom Five National Marine Park

À la pointe nord de la péninsule de Bruce se trouve le parc marin Fathom Five, l’une des quatre aires marines de conservation du Canada. Le parc se situe à proximité du petit village de Tobermory, lequel propose quelques activités touristiques qui permettent de visiter les îles du parc. La particularité du parc (et plus généralement de celle de la péninsule) est la beauté de ses eaux cristallines. Le parc abrite de nombreuses épaves qui attirent quelques plongeurs mais également de magnifiques sentiers de randonnées qui arborent une végétation particulière, entre pins et cyprès. Non, vous ne rêvez pas, vous êtes bien au Canada.

Les eaux cristallines du parc marin de Fathom Five
Randonner dans la forêt de pins et de cyprès du parc national de Fathom Five
Des eaux aux couleurs surprenantes
Les calanques de Marseille? Non vous êtes bel et bien au Canada
La péninsule de Bruce est parsemée d’eaux aux couleurs extravagantes
Se retrouver seul face à la beauté de la nature

Lion’s Head

Petite municipalité du nord de la péninsule de Bruce, Lion’s Head a tout le charme de la vie insulaire. Son phare, surplombé par des falaises blanches, semble tout droit sorti d’une maison de poupée, et, à ses pieds, courent des eaux aux nuances de paradis. La région de Lion’s Head offre des sentiers en plein coeur de la forêt, mais surtout, des points de vue du haut des falaises à couper le souffle. Il est ainsi possible d’y observer la beauté de la baie Géorgienne mais aussi l’immensité de sa splendeur.

Le phare du village de Lion’s Head
Lion’s Head, son phare, et son eau turquoise
La randonnée de Lion’s Head et sa vue surprenante
Un aperçu de la beauté des paysages de la péninsule de Bruce
Vue sur la baie Géorgienne lors de la randonnées du Lion’s Head
Au pied des falaises de Lion’s Head

Bruce Peninsula National Park

Le parc qui porte le nom de la péninsule est de loin le plus beau que nous ayons visité durant notre week-end. Sa singularité est la présence de grottes (appelées Grottos) qui viennent former des cavernes où s’engouffrent une eau à l’éclat surnaturel. Turquoise, pratiquement vert émeraude, il est difficile de détourner les yeux devant cette féerie. Ce parc accueille cependant bien plus de visiteurs que les autres, sans doute à cause de la magie des lieux qui ne peut laisser personne indifférent. Le parc propose différents sentiers de randonnées mais également des activités plus familiales. Malgré une tranquillité moindre, c’est sous l’envoûtement de ses toiles surréalistes que nous sommes tombés.

Des paysages à couper le souffle au parc national de la péninsule de Bruce
Une eau qui ferait passer une émeraude pour un vulgaire caillou
Allures de piscines naturelles au parc national de la péninsule de Bruce
Bruce Peninsula National Park : le plus bel endroit de la péninsule
Les fameuses «Grottos» du parc national de la péninsule de Bruce

Malgré un temps plus que maussade et de la pluie en abondance nous n’avons absolument pas regretté d’avoir fait le long trajet depuis Montréal jusqu’à la péninsule (environ 9h de route). Car certains lieux ont ce quelque chose de presque sacré en eux et offrent un sentiment retrouvé nulle part ailleurs, celui de l’humilité reconquise face à la grandeur de la nature.

Vous voulez partir sur la péninsule mais vous avez besoin de conseils? Je vous ai concocté un petit guide spécialement pour ça!

2 Comments

    1. Rose des vents

      Oui c’est vraiment surprenant de trouver ce genre de paysages en plein coeur du Canada. Le tourisme en Ontario est plutôt tourné vers Toronto et Niagara et ce petit coin de paradis est encore méconnu du grand public. C’est une destination surtout appréciée des plongeurs (c’est d’ailleurs comme ça que je l’ai découverte).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *