Mingan, l’archipel isolé

La plage revigorante

Après une bonne nuit de sommeil dans notre gîte à Tadoussac et un petit déjeuner maison délicieux, nous repartons aux alentours de 8h afin de nous rendre à Longue-Pointe-De-Mingan. La route promet d’être longue, d’une part parce qu’elle est séparée de Tadoussac de 600km et d’autre part parce que les routes sont limitées pour la plupart à 90 km/h. Nous mettons à peu près 8h en prenant des pauses mais nous arrivons à bon port à Longue-Pointe-De-Mingan. Ce qui est surprenant au premier abord dans cette zone du Québec c’est l’isolement. De petits villages en petits villages nous ne croisons que peu de monde, et la route du littoral oscille entre vue sur l’immensité du Saint-Laurent et forêt de pins. À Longue-Pointe-De-Mingan nous allons rejoindre notre petite caravane, dont la location est tenue par la petite fille du Gardien du Phare. Elle est d’ailleurs la principale instigatrice du tourisme à Mingan. Nous réservons donc avec elle pour le lendemain l’excursion du Phare, qui permet de visiter, en bateau les différentes îles de l’archipel de Mingan (pour plus de détails c’est ici). Mais avant que la nuit se couche nous décidons d’aller nous promener au bord de la plage, dont l’air frais est revigorant et l’eau glaciale. La nuit la température tombe aux alentours de 8°C alors qu’à Montréal elle était d’environ 30°C. Les couvertures et les pulls sont donc de mise.

Lever de soleil sur le Saint-Laurent en partant de Tadoussac
Lever de soleil sur le Saint-Laurent en partant de Tadoussac
La plage de Longue-Pointe-De-Mingan
La plage de Longue-Pointe-De-Mingan
La plage de Longue-Pointe-de-Mingan
La plage de Longue-Pointe-de-Mingan

L’archipel de Mingan

Nous partons au petit matin pour les excursions du phare qui permettent de visiter l’île aux perroquets, qui comporte le phare de Longue-Pointe-De-Mingan, et l’île Nue, pratiquement dépourvue de végétation, pour une durée totale de 3h. Le temps ne s’apprête guère pour la navigation et nous pensons que l’excursion devra être remise au lendemain. Après un peu d’attente, le soleil transperce finalement les nuages et la houle se calme un peu. Nous prenons donc la direction de l’île Nue en compagnie de notre charmant capitaine du bateau. L’île Nue semble hostile au premier coup d’oeil. Mais ce décor cache des trésors insoupçonnés, dont de fiers monolithes qui se dressent ça et là et qui semblent garder l’île farouchement.

L'île Nue de l'archipel de Mingan
L’île Nue
L'île Nue de l'archipel de Mingan et ses monolithes
L’île Nue et ses monolithes
L'île Nue de l'archipel de Mingan
Monolithes de l’île Nue
Ammonite fossilisée de l'archipel de Mingan
Ammonite fossilisée
En quittant l'île Nue
En quittant l’île Nue

Nous quittons l’île Nue et continuons notre périple vers l’île aux perroquets qui abrite le phare de Longue-Pointe-De-Mingan. En rejoignant l’île nous croisons en chemin des phoques ainsi que des macareux qui pêchent, espèce emblématique de l’archipel.

Phoque gris archipel de Mingan
Phoque ou loup de mer
Phoques gris archipel de Mingan
Phoques prenant l’air
Macareux archipel de Mingan
Macareux en pleine pêche

Au loin nous apercevons l’île aux perroquets qui abrite l’été des centaines de couples de macareux qui viennent s’y reproduire. Cependant, septembre voit disparaitre ces curieux oiseaux et nous n’en croisons aucun sur l’île. Par contre nous nous baladons sous le soleil aux alentours du phare, dont les points de vue sur le fleuve ne manquent pas.

L'île aux perroquets archipel de Mingan
L’île aux perroquets
Le phare de l'île aux perroquets
Le phare de l’île
Le phare de l'île aux perroquets de l'archipel de Mingan
Entre terre et mer
Vue sur le fleuve
Vue sur le fleuve

La visite se termine ensuite et nous rentrons en ville. Nous décidons d’aller voir les scientifiques du MICS (Mingan Island Cetacean Study) qui proposent des excursions en mer à la journée afin de partir avec eux observer les baleines du Saint-Laurent. Les baleines migrent jusque dans le Saint-Laurent, car celui-ci, riche en krill les attire. Elles y viennent donc s’y nourrir et les scientifiques reportent chaque année leurs allées et venues. Malheureusement le temps ne se prête pas à la sortie pour le lendemain, celle-ci est donc repoussée au jour suivant. Afin d’occuper notre après-midi nous nous rendons jusqu’au Havre Saint-Pierre, la ville la plus grande du coin. Nous apprenons qu’il est possible de faire de l’hydravion afin de voir l’archipel du ciel. Ni une, ni deux, nous embarquons dans l’hydravion afin de profiter de ce spectacle. L’archipel est magnifique, l’eau est cristalline et turquoise aux abords des îles, la vue est enchanteresse et nous recommandons vraiment à ceux qui sont de passage dans cette zone de vivre cette expérience. Nous rentrons ensuite sur Mingan pour y passer notre soirée et notre nuit.

L'archipel de Mingan vu du ciel
L’archipel vu du ciel
L'archipel de Mingan vu du ciel
L’archipel vu du ciel
L'archipel de Mingan vu du ciel
L’archipel vu du ciel
L'archipel de Mingan vu du ciel
L’archipel vu du ciel
L'archipel de Mingan vu du ciel
L’archipel vu du ciel
L'archipel de Mingan vu du ciel
L’archipel vu du ciel
L'archipel de Mingan vu du ciel
L’archipel vu du ciel
L'archipel de Mingan vu du ciel
L’archipel vu du ciel
L'archipel de Mingan vu du ciel
L’archipel vu du ciel

Précédent    Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *