En route vers le volcan Arenal

Volcan Poas

Nous arrivons à l’aéroport de San Jose vers 22h. Autant vous dire que de nuit, avec la fatigue, nous ne voyons pas grand chose du Costa Rica, si ce n’est de magnifiques décorations de noël, bien plus belles et colorées qu’à Montréal. Nous sentons la chaleur et c’est très agréable, surtout au sortir du Canada.

Le lendemain nous nous levons tôt afin de récupérer le 4×4 et de remplir tous les formulaires nécessaires à sa location. Cela nous prendra facilement 1h. Nous étions tellement excités que ces formalités ont paru durer bien plus longtemps.

Une fois le 4×4 en main (un Bego de Daihatsu) nous traversons San Jose afin de rejoindre Poas. Les premières minutes de conduite sont difficiles, car le mode Pura Vida des ticos au volant peut vite devenir déroutant. Nous mettons environ 45 minutes pour arriver au volcan. Le prix pour l’entrée au parc est de 15$ par personne, sans compter un petit supplément pour le parking. C’est franchement très cher pour ce que c’est (la visite se fait en 1h max). Mais ceci dit la vue sur le cratère est imprenable, avec ses fumerolles, et la tête, littéralement, dans les nuages (plus de 2000m d’altitude).

Cratère du volcan Poas
Cratère du volcan Poas
Volcan Poas
La tête dans les nuages

Volcan Arenal

Nous repartons ensuite vers La Fortuna où nous voulions voir le volcan Arenal. La route qui y redescend est magnifique et alterne entre jungle, cascades, champs luxuriants où paissent tranquillement des vaches. Nous ne pouvons malheureusement pas nous arrêter prendre des photos, et c’est bien là un des inconvénients du Costa Rica : les routes sont généralement bonnes mais petites, sinueuses et trop dangereuses pour s’y arrêter. Arrivés à La Fortuna, le beau temps et la bonne fortune étant avec nous, nous découvrons le majestueux volcan Arenal qui a su nous combler en se dévoilant entièrement (c’est apparemment peu fréquent). Sur la route pour monter vers l’Arenal Observatory Lodge, où nous avions décidé d’emprunter leurs quelques sentiers pour voir des animaux, nous croisons sur le bord de la route des coatis. Nous nous garons vers une propriété afin de prendre quelques clichés. Peu farouches, ceux-ci se sont adonnés à des jeux devant nos regards désabusés qui les découvraient pour la première fois (mais surement pas pour la dernière). L’heure passant, nous n’avons pu nous rendre jusqu’à l’Arenal Observatory Lodge, dont les portes se ferment vers 17h. Heureux de notre rencontre avec nos premiers animaux du Costa Rica, nous rentrons nous coucher à l’hôtel de la Fortuna, la tête pleine de belles images.

Volcan Arenal
Volcan Arenal
Volcan Arenal
Volcan Arenal
Coati
Coati
Coatis
Coatis

Précédent    Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *