Drake bay ou la plage du bout du monde

De Quepos à Drake Bay en passant par Sierpe

Nous partons de Quepos afin de rejoindre Drake Bay dans la péninsule d’Osa. Nous comptons poser nos valises sur cette plage du bout du monde pendant 5 jours afin d’y faire un peu de plongée mais aussi de visiter le parc Corcovado, dénommé zone biologique la plus riche du Costa Rica. Pour cela nous nous rendons à Sierpe, tout petit village qui affrète des bateaux pour se rendre à Drake Bay. Nous posons donc notre voiture au parking (surveillé et payant) et la laissons là, sans aucun problème, jusqu’à notre retour. L’ambiance à Sierpe est au beau fixe, les gens sont agréables et souriants. Le bateau qui se rend à Drake Bay passe à la fois par la mangrove (ou nous apercevons quelques crocodiles) mais aussi par l’océan (là ce sont des dauphins que l’on voit). La traversée, qui dure environ 1h, est très plaisante car il y a de quoi s’extasier sur la beauté du paysage alentour. Nous débarquons sur la plage et nous montons à notre hôtel, situé en hauteur, duquel on peut admirer un sublime panorama sur l’océan pacifique. Notre hôtel est un véritable jardin, avec ses papillons, ses fleurs et ses oiseaux.

Oiseau du jardin de notre hôtel el mirador lodge
Oiseau du jardin de notre hôtel
Oiseau du jardin de notre hôtel el mirador lodge
Oiseau du jardin de notre hôtel
Papillon du jardin de notre hôtel el mirador lodge
Papillon dans le joli jardin
Colibri du jardin de notre hôtel el mirador lodge
Colibri juste en face de notre cabanon
En plein vol à Drake bay
En plein vol
Araignée Phoneutria, dans notre cabanon à Drake Bay
Araignée Phoneutria, dans notre cabanon

Nous décidons de nous promener à Drake Bay afin de partir en reconnaissance de ce petit coin de paradis. Au loin, nous entendons un bruit d’oiseau très rauque. Nous apercevons à travers les feuillages un couple d’aras rouges tranquillement en train de déguster des amandes. La plage est calme et les hordes de touristes du parc Manuel Antonio semblent déjà loin. En rentrant de notre balade nous profitons des hamacs mis à disposition à l’hôtel et nous regardons le soleil descendre derrière l’horizon dans un festival de couleurs chatoyantes.

Couple d'aras rouges à Drake Bay
Couple d’aras rouges
Plage de Drake Bay
Plage de Drake Bay
Plage de Drake Bay
Plage de Drake Bay
Coucher de soleil sur Drake Bay
Coucher de soleil sur Drake Bay

Sentier Côtier

Le lendemain nous partons en balade sur le sentier côtier. Ce sentier part du bout de la plage de Drake Bay et longe la côte en passant par forêt et plage. Nous comptons rencontrer ici beaucoup d’animaux. Le sentier nous fait tout d’abord passer par un joli petit bois bien entretenu puis au-dessus du rio Claro, rivière vert émeraude. Le coin est vraiment magnifique. En chemin nous ne croisons pas d’animaux, si ce n’est quelques oiseaux (dont un toucan).

Pont suspendu au-dessus du rio Claro
Pont suspendu au-dessus du rio Claro
Rio Claro à Drake Bay
Rio Claro
Petite buse du Costa Rica
Petite buse du Costa Rica
Toucan du Costa Rica
Toucan

Nous continuons notre route qui passe par plusieurs petites criques. Nous décidons de nous arrêter sur une plage déserte et magnifique aux allures de carte postale. Sur cette plage se trouve un amandier et dans cet amandier se trouve un couple d’aras rouges que nous pouvons voir de près. Nous ne finissons pas la balade car il faut ensuite rebrousser chemin mais il est possible de continuer (beaucoup) plus loin, sur un sentier qui fait 7km au total. Sur le chemin du retour nous voyons d’autres oiseaux ainsi que des lézards.

Plage paradisiaque à Drake Bay
Plage paradisiaque
Ara rouge à Drake Bay
Ara rouge
Ara rouge en train de manger une amande
Ara rouge en train de manger une amande
Pélican de Drake Bay
Pélican
Lézard du Costa Rica
Lézard

Caño Island

Les deux jours suivants sont consacrés à la plongée en bouteille sur l’ile de Caño. Cette réserve protégée abrite sous sa surface des merveilles. Nous avons plongé avec Osa Divers, le seul centre de plongée de Drake Bay tenu par un local. Au programme : poissons colorés, roches volcaniques, requins de récif, raies et tortues. Pour plus d’informations sur nos plongées, cliquez ici, ou rendez-vous dans le menu plongée. Sachez seulement que c’était génial! Nous n’avons pas eu de courant, l’eau est turquoise et cristalline avec une superbe visibilité et surtout l’eau est à 29°C. Moi qui suis très frileuse sous l’eau j’ai supporté de n’avoir qu’une petite combinaison courte.

Corcovado, là où notre chance a tourné

Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas vraiment du Corcovado dont il s’agit. En fait, le deuxième jour de plongée j’ai du aller en urgence à l’hôpital de Cortes (bon ça a l’air grave comme ça mais au final ça ne l’était pas). Lin, notre instructeur de plongée s’est chargé de tout et pas une seule seconde nous ne sommes retrouvés seuls sans savoir quoi faire. Le problème d’être en isolement sur Drake Bay c’est que pour se rendre à l’hôpital de Cortes il faut reprendre un bateau pour Sierpe puis, de Sierpe, faire environ une heure de voiture. Le temps donc que nous sortions de l’hôpital la nuit est tombée. Or, nous avions rendez-vous le lendemain pour faire la visite du Parc Corcovado, mais le guide n’a pas pu réserver nos places auprès du parc (le nombre de visiteurs par jour est limité). Il nous a proposé de revenir le jour suivant mais nous devions partir à San Gerardo de Dota. Déçus nous avons donc du renoncer à la visite du parc. Mais nous étions déjà très heureux d’avoir pu voir ce que nous avons vu et c’est sans regrets que nous avons poursuivi notre aventure pour la dernière étape.

Je tiens juste à préciser, que Lin, de chez Osa Divers, a laissé son capitaine nous ramener d’urgence à Sierpe avec son bateau, puis c’est sa femme qui est venue nous chercher à Sierpe et qui nous a conduit en voiture jusqu’à Cortes. Là elle est restée avec nous pendant tout le processus à l’hôpital, elle m’a aidée à aller chercher mes médicaments et à remplir toute la paperasse. Ensuite elle nous a ramenés sur Sierpe, s’est chargée de nous réserver un hôtel, a passé les coups de fil avec le guide pour le Corcovado. Elle s’est occupée de tout, sans jamais rien demander, toujours avec une extrême gentillesse, nous étions le 24 décembre et elle devait préparer un repas de famille. Ces gens là sont extraordinaires et je les remercie du fond du cœur de leur aide.

Précédent    Suivant

2 Comments

  1. Pierre-Yves

    Bonjour, vous avez un blog très agréable à parcourir et les photos sont très réussies. Je voulais juste vous écrire que la grosse araignée dans votre cabanon s’appelle Phoneutria, elle a une description interessante dans Wikipédia. Personnellement je ne l’aurais pas gardé dans la cabane 😉

    1. Rose des vents

      Bonjour,
      Je vous remercie pour votre commentaire. Je ne suis pas une spécialiste en insectes et autres arachnides, mais je trouve l’information pertinente 🙂 Je m’en vais de ce pas mettre son nom sur sa jolie bouille! Pour ce qui est de la garder ou pas dans le cabanon, elle ne nous a pas vraiment laissé le choix 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *